Mon jeûne intermittent

jeune 5

Il m’aura fallu trois semaines pour répondre à l’appel de mon corps, ce besoin d’équilibre, une volonté incontrôlable, peut-être un appel à l’aide.
Repartir sur une alimentation plus saine après une période mouvementée.

Il arrive que se mélangent stress, soucis de santé, alimentation trop peu équilibrée, rythme de vie effréné et que l’on s’oublie mais le corps, lui,  rappelle vite à la réalité.
J’ai toujours entretenu ce réflexe de revenir au jeûne pour me ressourcer tant physiquement que spirituellement, et je n’ai jamais regretté ce choix.

jeune 3

Quand votre corps tire la sonnette d’alarme, il faut savoir réagir et voir juste, au bon moment. Le jeûne intermittent qui se pratique selon les dispositions et besoins de votre corps se voit être une solution appropriée pour répondre à ses demandes.

La priorité avant de se lancer dans l’aventure du « jeûne intermittent » est de connaître son corps, ses besoins, ses manquements, sa force et ses faiblesses.
L’idée n’est pas de se diriger vers ce « programme » comme un objectif à tenir, une solution miracle ni d’ajouter une contrainte à sa situation. Plutôt, savoir qu’un jeûne intermittent consiste à restreindre la période où l’ont peut s’alimenter sur une journée.

Sa pratique est variée, j’ai préféré me diriger vers la plus connue, la plus « aisée » à savoir: le 8-16.

Le « 8-16 » n’est pas un code, ça signifie simplement qu’on s’autorise à manger durant 8 heures et qu’on « jeûne » 16 heures.
Eh oui, c’est donc là « l’intermittence » qu’on recherche.
No stress, vu comme ça, je sais que 10001 questions fusent. On se crispe et on se dit: « C’est beaucoup trop long! ». Tout est une question d’organisation et de répartition, sans oublier les heures de sommeil.
Vous êtes libres de choisir vos propres « horaires » et si vos journées sont rythmées par le travail ou différentes activités, les changements ne se feront pas ou peu ressentir.
A titre d’exemple, je me réveille à 7 heures, je commence à travailler à 9 heures et je mange vers 12h30.

jeune 2 thé

Pour rappel, ce type de jeûne n’exclut pas les boissons: eau, thés, tisanes…
En revanche, pour profiter pleinement des effets bénéfiques de ce programme, on délaissera le sucre, les excès, le gluten, le lactose, le mauvais gras, les viandes… On mettra l’accent sur les légumineuses, les vitamines, les antioxydants, les légumes, les fruits… Mais ça, c’est le sujet d’un autre article, je prendrais le temps de détailler mon menu de la semaine.

En quelques points, ma journée type se construit de cette façon:

  • réveil: j’avale mon premier verre d’eau à température ambiante (jamais froid !),  pour apporter la première source d’hydratation au corps et pour lui permettre de se mettre en route tout doucement. C’est une étape importante, si pas la plus importante !
  • 8h: je fais ma première infusion de citron-gingembre-miel (sous forme de cure pendant 1 semaine et demi, 2 semaines maximum pour ne pas irriter l’estomac)
  • 9h: je commence le travail et je continue à boire de l’eau, une tisane de verveine ou autre
  • 12h30 (même si, en vrai, il est 13h quand je décroche de mes activités): si j’ai faim, je prépare mon petit-déj (flocons d’avoine, salade de fruits, pudding de
    chia ou autre). Si je n’ai pas faim, je ne me force pas, je prends quelques fruits secs avec un fruit.
  • 15h-16h: mon premier « vrai » repas, l’équivalent d’un déjeuner (curry de légumineuses, légumes, soupe…)
  • 18h: pause goûter, ici, au Maroc, c’est inévitable. J’ai besoin de mon petit verre de thé à la menthe avec une barre de céréales, des gâteaux, une part de cake ou autre.

Et… voilà.
Ma journée passe très rapidement, je ne sens aucune pressions, restrictions ou autre.

jeune 4

Les effets positifs du jeûne ne sont plus à prouver, je confirme !
Le constat est sans appel, mon niveau de santé s’est amélioré, j’ai rassemblé quelques résultats importants:

  • diminution nette des ballonnements
  • amélioration de ma concentration
  • perte de poids (il fait plaisir celui-ci)
  • regain d’énergie
  • mon anémie s’est estompée
  • qualité de peau flagrante
  • diminution de l’inflammation
  • plus de productivité
  • de meilleurs résultats au sport (cardio)
  • disparition des maux de ventre/de tête en fin de journée
  • meilleure qualité de sommeil
  • mes problèmes d’estomac ont diminué

La liste est encore longue mais je tiens aussi comptes des autres paramètres.

J’ai appris, avec ce jeûne, à connaitre ce dont j’avais réellement besoin. Le petit-déj ne m’est plus indispensable, j’ai reprogrammé mon rythme alimentaire et je me suis
habituée à m’hydrater beaucoup plus tout au long de la journée (eau, infusion de verveine, jus de citron-gingembre…).
J’ai aidé mon organisme à se détoxifier en répartissant mes repas en petites quantités, à plusieurs moments sur un temps déterminé, ce qui lui laisse le temps de réellement
se reposer mais surtout pour se régénérer.
Ce jeûne s’est placé comme une barrière face aux excès que je m’accordais et m’a aidé à réaliser qu’ils ne sont pas indispensables.

Bien évidemment, c’est une expérience personnelle, à chacun de se faire son avis et surtout, de bien se renseigner avant de se lancer dans cette aventure.
J’ai moi-même pris le temps de faire mes recherches, de consulter une professionnelle du domaine, d’obtenir un bilan de santé, d’observer les besoins de mon corps et être attentive aux signaux.
Je considère le jeûne comme un traitement, je ne me focalise plus sur mes symptômes mais plutôt sur leurs causes, c’est là la clé de la régénération.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s