Mon jeûne intermittent

jeune 5

Il m’aura fallu trois semaines pour répondre à l’appel de mon corps, ce besoin d’équilibre, une volonté incontrôlable, peut-être un appel à l’aide.
Repartir sur une alimentation plus saine après une période mouvementée.

Il arrive que se mélangent stress, soucis de santé, alimentation trop peu équilibrée, rythme de vie effréné et que l’on s’oublie mais le corps, lui,  rappelle vite à la réalité.
J’ai toujours entretenu ce réflexe de revenir au jeûne pour me ressourcer tant physiquement que spirituellement, et je n’ai jamais regretté ce choix.

Poursuivre la lecture de « Mon jeûne intermittent »

Ma plus belle évasion.

Processed with VSCO with av8 preset

Elf minuten. Un arrêt. 
Tu as changé. C’est vrai, j’ai pris du temps pour moi.
J’ai remis à jour mon objectif réel, immatériel.
Ma plus belle évasion.
Attendre n’est pas encore dans mon champs de vision. 
Arriver à transcender tout.
Affronter des regards dominants, même séparés par un continent. C’est à peu près ça mon plan.  Poursuivre la lecture de « Ma plus belle évasion. »

Ma cure « énergisante »au naturel!

Processed with VSCO with av4 preset

Jour d’hiver, le soleil se montre mais une petite mine apparaît pour un petit moral. Si théoriquement nous sommes dans un pays où l’hiver tourne autour d’une vingtaine de degrés, les signes se font bien ressentir … Avec le travail, le stress cumulé et le froid qui se montre et se cache, notre organisme en prend un coup.

Il n’existe pas un seul aliment, un traitement magique pour mieux dormir, pour minimiser la fatigue ou encore pour nous protéger de tous les virus de la saison. Cependant, il y a des petits gestes, des petites causes à faire au quotidien qui peuvent s’avérer efficaces pour affronter le changement de saison.

Poursuivre la lecture de « Ma cure « énergisante »au naturel! »

Prenons un thé et… discutons. [2]

Alors, pose-toi, respire, vis et n’oublie pas…

IMG_0461

Pardon? Le leadership et ses promesses?

À une époque où le consumérisme est la ligne de conduite de la masse populaire, où il n’est plus possible de se passer des moyens de consommation mis à notre disposition et où la condition humaine se voit réduite à ses plus bas instincts. Il est normal que certains lèvent leur bouclier avec espoir se pensant garants de la vérité. Apte à faire face à ce monde où tout va beaucoup trop vite et où, sans se soucier de ton avis, s’automatise cette vie déjà si courte !

Poursuivre la lecture de « Prenons un thé et… discutons. [2] »

Mon temps contre le « contretemps ».

On s’est déjà réveillé un matin en se disant : « Au lieu de me mettre au travail, pourquoi je ne pourrais pas moi aussi flâner au bord de l’eau, me promener ou voyager ? »

Et là, tu entres dans un débat interminable entre Toi et toi, toujours accroché à ton lit. Et puis surgissent quelques idées complotistes du genre : « Mais de toute façon on nous oblige à nous asservir à un système, 8 heures par jour et on est contrôlé et c’est voulu, c’est interminable. Je vais partir vivre dans un village en auto suffisance ! Voilà ! »

CALM DOWN.

Quand je suis arrivée au Maroc, je me suis dit que je trouverais toujours le plaisir de travailler, car premièrement, je ne dépends pas de ce fameux système et puis quoi de plus motivant que d’être sous le soleil 360 jours par an. Mmmh, NON.

Sache que cette chose qui te pousse à rester plus longtemps dans ton lit, celle qui t’empêche de t’épanouir, de profiter des moments précieux, de commencer à lire, écrire, réfléchir, et te mettre au travail existe toujours et n’importe où.

C’est une bataille, un rude combat. Cette chose ne se dresse que si tu l’habitues à se dresser.

PAVLOV.

Poursuivre la lecture de « Mon temps contre le « contretemps ». »

LA CHEBAKIYANCE, SANS GLUTEN!

Merci « Essence d’Orient »

Dans les rues d’Agadir ou de Taroudant, les Chebakiya se préparent depuis plusieurs mois.

À chaque mur frôlé, on peut sentir la fleur d’oranger, le sésame grillé et puis le faux miel brûlé.

C’est toute une ambiance, des souvenirs qui se créent, on en salive.

Étant cœliaque, je me suis dit que pour le coup, j’aurai beaucoup de mal à trouver une alternative pour la Chebakiya.

Comment faire tenir la forme d’une Chebakiya sans gluten ?

Poursuivre la lecture de « LA CHEBAKIYANCE, SANS GLUTEN! »

Écriture de nuit.

Aller et retour entre moi et Moi.

Processed with VSCO with c9 preset

C’était à la fois immense et d’une grande complexité. Quelque chose de très clair bizarrement.

Le concept est le suivant : ne pas comprendre ce qu’il y a à comprendre.

Il ne fallait en parler à personne, surtout pas. À personne.

Garder cette découverte pour moi seule.

Dès lors, cette aventure était devenue mon secret. Je le nommerais plus tard : ma propulsion.

Regarde-moi, je ne supporte pas qu’on me demande : « ça ne va pas ? » parce que je ne souris pas.

Chaque nuit était mon instant d’écriture. Rien d’un journal intime, rien d’une scène de film où je m’acharne sur mon clavier à écrire à ne plus en finir.

Non, je parle d’une écriture intérieure, le moindre détail est surligné, précisé. À cet instant-là, on ne se ment plus. On est plus dans la séduction. On entre dans le vrai. Le Moi face à une réalité altérée.

Processed with VSCO with c7 preset

Je te l’ai déjà dit, comme mon père, on n’a jamais eu d’affinités avec ceux qui aiment les réalités carencées. On aime rêver les yeux ouverts. On se retire doucement et en silence de tout ce qui ralentit notre croissance. On trouve aussi que, souvent, la tristesse a un beau visage.

Nous, on aime par la force.

C’est le début de la propulsion.

Le moment où tu prends le plus grand élan dans ta vie, c’est quand tu écris, chaque soir, dans le plus grand des silences.

Un plan à venir ? C’est un peu ça oui.

Le temps rajoute une difficulté : la confusion.

La confusion rajoute une difficulté : le doute.

Le doute apporte une facilité : le silence.

Là, on entre dans la propulsion. Choisir le bon outil.

Avoir écrit — écrire — devoir écrire — écrire encore — ignorer — savoir — écrire encore, encore — silence — savoir — ignorer – bien savoir — avoir à écrire – devoir écrire – écrire.

Plein de sens, être envahi par le plein sens et arriver au non-sens.

PROPULSION.

Non-sens, départ.

Tourner autour du bloc noir, le regarder de tous côtés, ça reste un bloc immobile. Stagnation.

Enlève-moi ce bloc noir au milieu de mon monde.

On n’est pas le passage d’un état à un autre brusque, on est dans une analyse, un déchiffrement.

Alors que vaut ton « ça va » frivole et sans sens.

Oui, ça va. Je suis en pleine propulsion.

Je lis ma propre écriture, indéchiffrable pour l’autre alors franchement, ça va vraiment ?

Je ne cherche pas à entendre ton écriture sur la mienne, je ne cherche pas à ce que ce soit lisible pour toi. Je ne cherche pas la régression. Mon écriture suffit.

L’écriture du soir pour atteindre la propulsion n’est pas un simple transfert. C’est… comment t’expliquer ? C’est décrire ce que je savais, ce qui était présent tout en étant dans un refus angoissant de passer à l’écriture. Dès que tu posais LE mot sur ton texte, le reste suit.

Alors écrire le soir, seule, dans le silence, ce n’est pas raconter une histoire. C’est même le contraire. C’est raconter une absence d’histoire. Tu vois un peu ?

Ça, j’ai dit, ça je l’ai redit, ça je n’ai pas dit.

Souffrir d’une chose ? Non, c’est le fait de ne pas en souffrir qui devient douloureux.

C’est comme l’eau. On dit qu’à 0 degré l’eau arrive à l’état solide, on obtient de la glace. Et parfois, quand il fait très froid dehors, mais que l’air est immobile, l’eau ne gèle pas. Et puis lorsque la température chute encore, l’eau gèle.

T’oublies en fait. Et quand tu redescends, tu écris.

Je parle beaucoup d’écrit, mais je ne sais même pas ce que c’est vraiment.

C’est un tout qui avance, en même temps.

Quand tu t’aperçois que l’amour n’est pas en concordance avec ce que tu croyais, il faut repartir avec un nouvel amour. On repart avec l’amour, et on ne dit pas que l’amour du passé était faux, mais plutôt, il est mort.

Tu auras compris, il n’y a ni commencement, ni fin, ni milieu dans ce que j’écris. La seule chose que je peux te dire c’est que ça se lit.

Je t’avais dit, ce n’est pas une histoire. Qui suis-je pour relater une histoire, pire encore MON histoire. On a une chose en commun : le temps.

Aller-retour entre moi et Moi.

Mes secrets, si je les dis, je ne sais pas ce qu’ils vont devenir.

Là, je pense à Taroudant et je rêve d’une glace sans lactose, si tu veux je pourrais écrire là dessus avec un début et une fin.

Processed with VSCO with c7 preset

Enfin, sache qu’il n’y a pas que la nuit pour écrire. Il y a toujours une belle fenêtre éclairée et ouverte, il y a toujours un rêve perché au-delà de la douceur, il y a toujours un cœur généreux, un sourire naturel, des yeux attentifs.

La nuit fatigue, t’offre des petits cernes, un air fatigué, mais elle t’ouvre une porte, celle du tremplin.

La tristesse, le chagrin, ça ralentit ta propulsion. Alors on ne te demandera pas de l’éviter, elle s’invite généralement, mais trouves-y de la beauté. Tu verras, il y a inévitablement une fin, une belle fin.

« Ça va ? », oui. Puisque je te l’affirme.

Écrire c’est dessiner la porte.

Processed with VSCO with dog1 preset

Il y a toujours un rêve perché au-delà de la douceur, une vie, une vie qui se partage qui t’attend.

Eh… et la colère contre ce qui était écrit, c’est juste la plus grande défaite contre soi-même.

J’ai souvent choisi le silence pour que vous regardiez ailleurs.

Et ce ne sera plus jamais comme avant… ce sera mieux.

Alors oui, ça va.

Prenons un thé et… discutons.

Autour d’un thé, tout s’efface. Comme un instant perché au-delà de la douceur, comme une pause, comme un instant pour soi au milieu du déluge de l’incompréhension.

Autour d’un thé, la première chose à laquelle je pense est l’hypersensibilité, l’hypersensibilité émotionnelle, mon hypersensibilité.

Voltaire disait : « Si l’on n’est pas sensible, on n’est jamais sublime. »

Rassurant ? Peut-être. À la découverte, à ma découverte.

D’avance, l’hypersensibilité est annexée à une faiblesse. Eh bien, c’est mal parti pour apprendre à se comprendre.

Mettons ça de côté, le temps d’un thé.

Poursuivre la lecture de « Prenons un thé et… discutons. »

Non, pas de « Black Friday » pour moi.

Nous sommes le 22 novembre 2017, il est 22h10, voilà exactement 4 mois que je vis au Maroc. Il y’a un an j’écrivais un article. Toujours d’actualité,  il est temps de le publier.

Article rédigé le 24 novembre 2016 à 21 h 58 min.

Voilà bientôt un mois que je me suis détachée de ma carte bancaire, un frein, un atout ? Je me livre.

Minimalisme, écologie, naturel, les mêmes termes reviennent… Il est important, selon moi, de constamment questionner ses positions, de revoir et d’améliorer sa façon de consommer. « Consommer autrement », cette grande tendance, on y vient… Non, consommer autrement ne revient pas seulement à rendre plus verte son assiette, à faire le plein de produits naturels et à créer de nouvelles occupations plus écologiques. Disons que c’est un bon début, mais le but étant de s’éloigner d’un modèle de consommation qui est saturé et qui touche à sa fin; le modèle consumériste.

Loin des grands débats politiques qui nous traversent, de la « crise » économique, des tendances actuelles, il faut pouvoir se rendre compte que nous sommes au bout d’un modèle qui nous dépasse. Il est temps de trouver de nouvelles alternatives, de nouvelles idées et de nouveaux moyens.

Repenser son budget et sa consommation c’est aller à l’encontre de ce système qu’on nous propose… qu’on nous impose plutôt. Alors oui, on ne peut pas être antisystème à 100 %, mais le fait d’éveiller les consciences est déjà un bon ciment fondateur.

L’époque où l’apparence physique bloquait les espérances, où la capacité à aller vers l’autre était construite par des intérêts et où le seul moyen d’exister socialement passait à travers la consommation… cette époque est révolue.

Nous avons besoin de Science, d’humanité, d’amour, de capacités affectives, d’intelligence collective, d’idées nouvelles et un énorme capital de connaissances. Le savoir t’appartient et lorsqu’il est transmis, il t’appartient toujours, il ne se perd pas, il se multiplie. On peut en dire de même pour l’amour, le partage, l’échange…

«Comment sommes-nous arrivés à ce point de sidération où les marques dictent nos comportements mieux que n’importe quelle loi, n’importe quel gouvernement?

Il suffit d’observer ces nuées d’enfants qui tirent leurs parents vers les trousses à l’effigie de tel héros, ou vers tel agenda labellisé.

Je comprends que si les marques sont si nuisibles à notre existence, si elles nous asservissent tant, c’est parce qu’elles se sont emparées du véhicule le plus efficace donc le plus pernicieux qui soit:  le langage.»

Alors non, je n’ai pas arrêté de vivre ou de consommer, mais j’ai ressenti le besoin de me couper, un instant, de cette grande spirale, fatigante et sans fin où je suis prise au piège. J’ai grandi comme vous dans une société où l’apparence et ton statut te définissent socialement. Si tu ne réponds pas aux critères de la norme, autrement dit, si tu ne travailles pas jusqu’à t’épuiser moralement et physiquement pour pouvoir t’acheter les dernières tendances, tu n’existes pas. Tu es à la périphérie de la société, irrécupérable. Alors j’ai voulu entreprendre cette aventure, être une « outsider ». Plus de grandes enseignes, plus de « Black Friday », plus de carte bancaire.

Au début de cette aventure, j’ai croisé une ancienne connaissance dans la rue, voilà huit ans que nous nous étions perdus de vue. La première chose qu’elle m’a demandé: « Tu fais quoi alors ? Tu taf ou tu es encore aux études? Tu as fait quoi comme étude? Tu taf dans quoi?». Sociologiquement, c’est kamikaze. Une sorte d’échelle sociale, pour pouvoir te caser à un certain degré d’admission. Le travail te définit, c’est bien ça. Sinon la santé, la vie sociale, l’aventure, le voyage… Accordons le bénéfice du doute au « Hey Salut, ça va ?» d’introduction, automatisme frivole.

Je ne dis pas que j’aspire à être totalement à l’encontre du système, mais j’ai l’espoir d’utiliser des notions bénéfiques de ce dernier pour le contrer. Vivre sans argent, tout aussi respectable et admirable que soit cette grande étape, n’est pas tout à fait accessible, mais utiliser cet argent à bon escient nous appartient.

Je ne me suis jamais sentie aussi légère jusqu’au coup de fil de ma banquière, ce jeudi 24 novembre à 17 h 59 pour me rappeler que je dois récupérer ma carte au guichet… Parce que oui, on m’a volé, durant cette aventure, l’entièreté de mon porte-feuille. Aujourd’hui, même si je doute que tu me lises, je voudrais te remercier, cher voleur, pour ton acte. J’ai appris à réorganiser ma vie.

Carte bancaire, celle qui te rassure et qui te procure une sensation folle lorsque tu entends le « tutute » de la machine après un achat, aussi minime soit-il. Celle qui t’accompagne où que tu sois, qui te procure une certaine sécurité et qui ne te prépare surtout pas à vivre sans elle. Pendant mon périple, je me suis muni d’un billet de 5 euros par semaine, je peux vous dire qu’on se sent tout de suite moins en sécurité lorsqu’on est amené à travailler à l’extérieur cinq jours semaine.

«Non, mais Faat, imagine il t’arrive une galère, imagine tu as faim, imagine, imagine…»

Je n’ai jamais imaginé faire autant de choses en l’espace de quatre semaines. Je n’ai jamais imaginé cette sensation de ne plus sentir le poids de la consommation et de ne plus être attirée tel un aimant vers les boutiques physiques ou en ligne.

Je parlerais de liberté. L I B E R T E. Oui, c’est exactement ce que j’ai ressenti, une bouffée d’oxygène.

Ce jeudi 24 novembre, à 22 heures pile, est censé commencer le BLACK FRIDAY. Cette fois, je prolonge et non, tu ne m’auras pas… tu ne m’auras plus. Ni toi ni les soldes.

«Ca ne vous choque pas, vous, que la seule perspective d’avenir qu’ils nous offrent, c’est de pouvoir consommer plus?»

Est-ce que l’on parle encore de « consommation » à cette époque ? Nous sommes au-delà de la « surconsommation ». Cette dernière détruit l’écologie, la santé, nos vies et celles des oubliés, nos capacités intellectuelles et relationnelles… l’heure est au changement.

Sommes-nous réduit à être l’autre ? La société de consommation a installé en chacun de nous un profond déséquilibre identitaire. « Je » d’aujourd’hui n’est plus celui d’hier.

«JE EST L’AUTRE»

Tu es simplement le reflet de ce que l’autre est.  Tu es juste la production de l’autre.

Qui est l’autre? L’autre c’est le pouvoir économique qui nous construit, qui nous définit et qui anime en chacun de nous de profonds désirs de consommation.

Ces désirs sont-ils réellement les miens? C’est ce que l’on pense, même eux ne t’appartiennent pas, ils sont créés par « l’autre ».

Qu’est-ce qui te pousse à te réveiller un matin et à vouloir profondément être en possession des dernières paires de chaussures alors que ton placard en renferme 20 ?

Nous consommons tous de la même manière. Nous voulons tous les mêmes choses, le même mode de vie et le même avenir.

Toutes ces réflexions m’ont poussé à opérer un changement, à mon rythme, à mon échelle sur plusieurs aspects de ma vie. Il est temps.

J’ose espérer exister… mais plus à travers la norme.  

Parmi les alternatives, je me suis penché sur la question de la vente de seconde main et du troc, c’est une fois de plus une façon de contrer le système. Vous trouverez de nombreux magasins de seconde main, des brocantes, des vides dressings et c’est sans compter le nombre de groupe Facebook autour de cette thématique.

Je ne dis pas que je ne ferais plus d’achats, je ne fais que revoir ma façon de faire mes courses, de sélectionner mes cosmétiques et mes choix d’investissements.

«Et tes vêtements alors?» Il y a aussi une façon de revoir sa garde de robe et si je venais à craquer, je me tournerais vers un vêtement plus éthique même si je reste convaincue que le troc, l’échange ou le seconde main renferment des pépites !

Tu peux aussi me mettre en commentaire tous les sites, forum, astuces, livres autour de cette thématique, ça peut être utile pour moi et pour « l’autre » : )

Je terminerais en disant que chacun dispose de sa liberté, de son temps, de son rythme et que cet écrit s’adresse avant tout à moi, c’est  un besoin.

« Aujourd’hui, les gens veulent seulement accéder à la propriété  et grimper l’échelle sociale. Peu importe sur quoi repose cette échelle, pourvu qu’ils y grimpent. La rue de mon enfance n’est plus ce qu’elle était et les portes des maisons sont toutes fermées. »

With Love

Le changement, la conscience et la cohérence.

Vous pourriez être seul ou accompagné dans un autre endroit entrain de réaliser autre chose ou de vivre un moment unique que d’être derrière cet ordinateur à lire cet article. Qu’est-ce qui vous empêche donc de vous lever et de réaliser ce que vous voudriez faire à l’instant présent ?
Chaque jour est nouveau dit-on, mais nous nous réveillons pour chaque fois réaliser la même chose, cette routine… On se lève à la même heure, pour faire pareil que la veille sans jamais trop se soucier de l’impact de nos actes et de notre évolution personnelle. On vit finalement le même jour qu’hier.

Poursuivre la lecture de « Le changement, la conscience et la cohérence. »

Rêver d’harmonie.

babouche harmonia

Un verre de thé à la main, le ciel bleu d’Agadir ou les nuages de Bruxelles, entre deux macarons, je parle et je rêve d’humanité.

Passionnée par l’aromathérapie, je me suis formée et j’ai replanté l’Arganier. Entre les huiles végétales, les huiles essentielles et les hydrolats, j’ai créé mon univers tout au long de ces cinq dernières années riches en Amour, Paix et Douceur. J’ai partagé avec vous ma passion, mon « Secret ». Babouches aux pieds, Handira ou Kilim à la main, je vous révèle mes « Origines », je vous raconte mon histoire de Marrakech jusque Taliouine. Véritables terres d’oxygène et d’inspirations !

Dans tout ce périple, j’ai fait le choix de m’orienter vers le domaine social. Comprendre et aller vers l’autre, s’ouvrir à d’autres horizons, poser un autre regard sur nos quotidiens, voilà mes motivations.

Le silence m’accompagne et le rêve me dévore.

J’ose donner l’espoir à qui le veut, qu’il est possible de vivre la vie que l’on souhaite en toute « Harmonie ». Osons.

À très vite, pour une nouvelle aventure.

Un instant, une gaufre de Liège.

Tu le sais, au-delà de mon thé à la menthe et mon macaron, j’ai mes petites habitudes belges qui ne me quittent presque pas, parmi elles : la gaufre de Liège !

Pour ce petit plaisir du dimanche, on ferme les yeux sur le sucre bien caramélisé et le gluten … J’ai déjà tenté une recette sans gluten, le rendu n’y est pas. D’ailleurs, si tu passes par là et que tu as une recette à proposer, n’hésite pas à partager !

Sans plus tarder, voici ma recette préférée (et inratable) :

1 . La pâte :

Par facilité et pour un meilleur résultat, j’utilise mon robot.

J’y verse la farine et je fais un puit.

Au préalable, j’ai émietté la levure (ou je verse la levure en poudre) dans le lait tiède, je mélange un peu et je verse ensuite dans le puit.

Je mélange le tout et j’ajoute progressivement les œufs et le sucre vanillé (ou l’extrait de vanille).

Je termine par le sel : il est important de ne pas le mettre en contact avec la levure.

Après avoir bien mélanger le tout, on obtient une pâte homogène, épaisse et qui se tient toute seule en boule.

2. Le temps de pause :

Je couvre ma pâte avec un film transparent et je laisse lever au moins 30 minutes dans un endroit tiède.

Par expérience, plus le temps de pause est long mieux c’est.

3. Du beurre et du sucre !

J’écrase ma pâte avec mes mains pour chasser les bulles d’air.

Toujours à l’aide de mon robot, je mélange à nouveau ma pâte et j’ajoute le beurre ramolli au fur et à mesure (attention, le beurre ne doit pas être fondu).

Je termine en ajoutant le sucre grain petit à petit (il ne doit pas fondre dans la pâte).

4. Confection des gaufres :

Je graisse à l’huile les plaques du gaufrier et je laisse bien chauffer.

Je dépose une c.à.s bombée sur chaque empreinte.

Je compte 2 petites minutes de cuisson.

Il faut graisser les plaques régulièrement afin que les gaufres ne collent pas.

TADAAAA !

En principe, elles n’ont pas besoin de topping mais pour les gourmand(e)s, un peu de chantilly ça fait toujours plais’ !

Bonne dégustation, à très vite !